Applications de proteodies pour les animaux d'élevage

L'association de la musique et de l'agriculture est une tradition de longue date. La mythologie et l’histoire nous fournissent de nombreux exemples de musiciens ayant séduit ou entraîné des animaux par les mélodies de leurs instruments. Ces exemples sont autant d’expressions de la volonté des hommes de dialoguer avec la nature. De nos jours, les effets relaxants de certaines musiques sur des animaux sont bien connus. L’usage de postes de radio dans les étables est une pratique courante, et certains affirment même que « Mozart serait bon pour les vaches ».

Des recherches en physique fondamentale permettent aujourd’hui de comprendre l'action de certaines suites de fréquences très spécifiques du vivant : leurs notes sont accordées aux fréquences des ondes associées aux acides aminés qui composent les protéines. Ces recherches expliquent les processus naturels, leurs interactions et leurs effets. Elles montrent par exemple que la mélodie associée à la prolactine, protéine de la lactation, ressemble à du Mozart. Ces travaux permettent de comprendre comment certaines mélodies peuvent agir sur des animaux, et même sur des plantes, en s’adressant directement à leur « dimension de sujet ».

La société Genodics développe et applique cette nouvelle approche du vivant, et vous permet aujourd'hui d’en bénéficier dans le domaine de l'élevage.

Prévention de maladies : élevage de porcelets

Dans les jours qui suivent l'arrêt du sevrage, les porcelets ont une importante sensibilité aux agents infectieux et notamment à la bactérie E. Coli. Si aucune protection n'est appliquée, cette bactérie entraîne des mortalités importantes dans les élevages porcins, dans les dix à quinze jours qui suivent l'arrêt du sevrage : en Pays de Loire, par exemple, il a été constaté des mortalités pouvant atteindre 12 % dans les élevages biologiques et 7 % en conventionnel malgré, dans ce dernier cas, l'emploi autorisé d'antibiotiques. Chez les autres animaux, cette infection se manifeste par des diarrhées, qui entraînent des retards de croissance. Afin de prévenir cette bactériose et d’améliorer le bien-être des porcelets, un producteur de porcs, dans l’Oise, a commencé à appliquer le Procédé Génodique en avril 2010. Les résultats des trois premières séries ont été les suivants :

  Série 1 Série 2 Série 3
Nb. porcelets 112 196 235
Nb. décès 0 2* 0
Nb. diarrhées 0 0 0

* Ces décès ne sont pas dus à des diarrhées

Acceptant mieux le changement d'alimentation, les jeunes porcelets assimilent très bien et plus rapidement un aliment riche. Plus vigoureux, ils croissent plus vite : en 6 mois, la totalité du lot est arrivée à maturité (économie de produits alimentaires). A la revente, la viande de ces porcs est moins grasse (TMP moyen amélioré de 1,3 points).

Amélioration de la qualité du lait de vaches

Dans une ferme en Charente, pendant deux semaines, des mélodies de protéines du lait et du petit-lait ont été diffusées pendant la traite des vaches (deux fois par jour, dix minutes à chaque fois). Dans le lait récolté, la quantité de petit lait résiduel a été divisée par 3 (niveau résiduel de 4% à 7%). Le fromage préparé à partir de ce lait a été jugé particulièrement savoureux par un panel de consommateurs. Cette expérience, réalisée deux fois à titre de démonstration, doit être renouvelée pour pouvoir être appliquée à des problématiques à forte valeur ajoutée.

Réduction de l’agitation de chevreaux

Dans une bergerie du Puy-de-Dôme, un premier essai de traitement de chevreaux après séparation d’avec leur mère, a permis de comparer les effets d’une sélection de protéodies et d’une émission de radio. Des différences ont été constatées sur : 

  • La fréquence des « tête levée », plus élevée lors de la diffusion des protéodies
  • La fréquence des bêlements et la fréquence des flairages, qui diminuent plus vite lorsque les protéodies sont passées en premier, alors que le temps immobile augmente

Cet essai, réalisé sur un trop petit nombre d’animaux, doit être refait pour devenir significatif.

Perspectives et développement de nouvelles applications

L'usage de protéodies permet, en principe, de répondre à tout besoin de régulation de processus métabolique. Parmi les nouvelles applications actuellement envisagées, nous pouvons citer :

  • L’amélioration des qualités nutritionnelles du lait, notamment pour augmenter le taux de nutriments spécifiques comme les acides gras Omega 3, les acides linoléiques conjugués ou des composants immunostimulants
  • Le développement de flores bactériennes à propriétés probiotiques (yaourts)
  • La régulation des processus de maturation de produits fermentés (fromages)
  • La prévention des mammites, l’inhibition de virus ou de bactéries pathogènes, la résistance à des maladies
  • Le traitement des déchets ou des effluents, par la stimulation de processus de dégradation bactériens